background

Quelle autre filière économique pourrait rapporter 1,8 milliards Ariary à une commune rurale ?

Les rapports EITI constituent des ressources immenses d’informations d’intérêts économiques, aussi bien au niveau international, national que local.

Entre fantasmes et réalités, que rapporte concrètement l’activité extractive à la communauté? Et le dispositif règlementaire actuel, rapporte-t-il suffisamment ou pas assez? Ce sont les questions les plus fréquemment posées dans les groupes de discussions initiés par l’EITI. Sait-on par exemple que la commune rurale d’AmpasyNahampoanaoù se trouve la mine exploitée par la compagnie QMM, a encaissé des ristournes d’un montant de 934,31 milliards Ariary en 2012 et 918, 22 milliards Ariary en 2013 ?Cela constitue une recette importante pour une commune de 12 000 habitants, si ce n’est qu’en comparaison simple au budget de 33,9 milliards Ariary (en 2014) de la Commune urbaine d’Antananarivo avec ses 3 millions d’habitants.

La Commune d’AmpasyNahampoana figure pour le moment en tête de la liste des communes qui perçoivent des ristournes minières. Elle a investi 98% de ses recettes à la mise en placed’infrastructures communautaires: bitumage des routes, école, centre de santé, …

EITI: Le ternaire entre transparence, bonne gouvernance et économie durable

L’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (EITI) promeut une plateforme de débat et de réflexion sur les quantités de revenus encaissées par l’État, autant au niveau central qu’au niveau des collectivités. Les sujets de réflexions sont axés sur l’optimisation des retombées issues de l’industrie extractive, en terme de répartition et d’utilisation, afin que nos ressources non renouvelables puissent alimenter le bien-être des générations de demain. Cette norme regroupe sept (7) exigences portant sur la transparence du secteur extractif et impose la collaboration équitable entre le Gouvernement, les Industries Extractives et la Société Civile tout au long de sa mise en œuvre. Le prochain défi de l’EITI Madagascar sera d’être validé « Pays conforme » par le Conseil d’Administration de l’EITI International. Cette conformité sera un indicateur reflétant la bonne gouvernance et l’intégrité du secteur extractif malgache. C’est à plus forte raison un défi de taille à relever, étant donné les projets de réformeslégales actuellement en cours.

Tanteliarimiza Rakotomalala